Contenu

Toutes et tous dans la rue le 19 mars !

Dans le projet de loi de réforme de la fonction publique, le gouvernement entend se passer de l’avis des Commissions Administratives Paritaires (CAP) lors des demandes de mobilités ou pour l’examen des promotions.

Le rôle de vigilance et de contrôle des organisations syndicales serait donc supprimé. C’est déjà ce que l’on constate lors des mobilités « au fil de l’eau » qui ne passent pas en CAP. On ne peut que regretter d’ailleurs qu’à cette occasion les règles de priorité ne soient jamais respectées.

On peut aussi être légitimement inquiet du projet qui prévoit que la « suppression de poste » serait la priorité la plus importante par rapport aux autres. Cela montre le souhait du gouvernement de supprimer massivement des postes. Les agents ne feront plus seulement des mobilités choisies mais ils devront aussi faire des mobilités « imposées » par la suppression de leur poste.

Quant au recours des agents contre une décision de l’administration, ils seront rendus très difficile voir impossible.

Vraiment ce gouvernement n’aime pas les corps intermédiaires.

Des mobilités réalisées sans l’avis des CAP, c’est le règne de l’arbitraire, le règne des petits arrangements entre amis.

Le SNIAE/FO appelle l’ensemble des IAE à réagir vigoureusement le 19 mars contre "l’agression" dont vont être victimes les instances de dialogue social et donc vous par voie de conséquence.

Un pays où les organisations syndicales n’ont plus le pouvoir de défendre les agents, n’est pas ce que l’on appelle un pays démocratique. La situation est particulièrement grave. Il est encore temps de réagir. Après il sera trop tard, il ne vous restera que vos yeux pour pleurer.

Tous ensemble, nous pouvons nous battre pour que le mouvement syndical existe encore à vos coté. De votre action, de vos réactions le 19 mars dépendra l’avenir en 2020.

2019_03_19_Flash_greve_V4_cle0fdd56 (format pdf - 82.6 ko - 15/03/2019)